[177 ans] Une petite histoire de la photographie


19 août 2016 ‐ Actualité du laboratoire

En ce 19 août 2016 nous fêtons les 177 ans de l’invention officielle de la photographie. Découvrez et comprenez rapidement les étapes qui ont mené à sa création.

C’est Aristote (384 - 322 av. J.-C.) qui fut le premier à mettre en évidence l’apparition d’une image inversée sur fond blanc lors du perçage d’un petit trou, appelé sténopé, dans une chambre noire. Dès lors, on peut considérer la chambre noire, également appelée camera obscura en latin, comme l’ancêtre de l’appareil photo moderne.

Avec l’utilisation de la chambre noire et du sténopé, c’est la grosseur du trou qui va affecter la définition de l’image produite. Pour obtenir une image de qualité, le trou doit être le plus petit possible. Or, sa petite dimension permet une entrée limitée de lumière produisant ainsi une image peu visible.

Au XVIème siècle, on focalise les rayons lumineux grâce à la lentille de verre : le diamètre de l’ouverture peut devenir plus grand faisant ainsi rentrer plus de lumière aboutissant alors à une image plus claire.

Le dispositif physique permettant de créer une image étant inventé, il fallut dès lors trouver le moyen de rendre cette image stable et durable. Au Moyen-Âge, les alchimistes mettent en évidence l’action des rayons lumineux sur une surface sensible. C’est seulement au XIXème siècle qu’apparaît la première image permanente grâce notamment aux travaux de Nicéphore Niepce qui, après de nombreuses expériences, s’associa avec Louis Daguerre en 1829. Ainsi, après la mort de Niepce, Louis Darguerre présenta en 1839 à l’Académie des Sciences le "daguerréotype", qui est en fait une amélioration de l’invention de Niepce. De cette présentation naquit la date conventionnelle de l’invention de la photographie.

Présenté au public, le daguerréotype a connu un franc succès Quelques jours après sa mise en boutique "on pouvait voir sur toutes les places de Paris, face aux églises et aux palais, des chambres noires montées sur leur trépied.". Une invention que les peintres percevaient comme une menace à la fois pour leur gagne-pain et pour la perception illusoire de la beauté.

Par la suite, les progrès photographiques se sont multipliés très vite avec une réduction du temps de pose (au moins une demi-heure pour le daguerréotype), l’amélioration de la stabilité du tirage et la simplification de l’utilisation des appareils.

Le même jour, en 1869 à l’Académie des Sciences, Charles Cros et Louis Ducos du Hauron présentent un premier principe de photographie en couleur par superposition de 3 images correspondant aux trois couleurs primaires. Plus tard, en 1903, les frères Lumière inventeront l’autochrome.

Au XXIème siècle, la photographie entre dans l’ère numérique où toutes les retouches deviennent envisageables, condamnant la technique de l’argentique à n’exister plus que sous forme d’expression artistique. Dès lors, l’argentique devient une pratique spécifique rassemblant nombre de pratiquants dans une même communauté, une même passion.